Accueillir un condamné à une peine de travail dans votre organisation

Pour que votre organisation contribue à l’exécution des peines de travail, vous devez être :

- soit un service public de l’Etat, d'une commune, d'une province, d'une communauté et d'une région

- soit une association sans but lucratif ou une fondation à but social, scientifique ou culturel.

 

Questions

Contactez le coordinateur mesures judiciaires alternatives (coordinateur MJA) de la Maison de justice de votre arrondissement. Le coordinateur MJA vérifiera que vous entrez dans les conditions et répondra à toutes vos questions.

 

Vous employez des personnes condamnées à une peine de travail au sein de vos services, ce qui est un avantage économique.

Vous occupez une place centrale dans l’exécution de ces peines, votre collaboration sera précieuse.

Vous permettez au condamné de vivre des relations sociales positives qui auront un impact sur sa (re)socialisation.

Vous devez prévoir une personne de référence qui devra être motivée pour accueillir le condamné, assurer sa prise en charge au quotidien et favoriser le bon déroulement de la peine.

Vous proposez un travail utile.

Vous collaborez avec le service d’encadrement et/ou l’assistant de justice en charge du dossier afin d’en assurer une gestion efficace.

Durant sa peine de travail, le condamné réalise par exemple :

- des travaux d’entretien et de manutention (peinture, maçonnerie, jardinage)

- des travaux d’amélioration de l’environnement et de développement durable (entretien des espaces verts ou des plages, débroussaillage, élagage,  reboisement)

- des travaux de rénovation du patrimoine (réfection de bâtiments publics, nettoyage de graffitis)

- du travail administratif (classement, archivage, recherche documentaire)

- de l’aide aux personnes (accompagnement de personnes handicapées, animation de personnes âgées)

- des actions de solidarité (tri et distribution de vêtements, distribution de repas aux personnes sans domicile)

- de l’accueil (standard téléphonique, renseignements administratifs)

 

Pour mener à bien votre rôle de lieu de prestation, vous n’êtes pas seul. Vous pouvez compter sur le soutien du service d’encadrement mesures judiciaires alternatives (SEMJA) et de l’assistant de justice. Ceux-ci veilleront à ne placer dans votre lieu que des condamnés adéquats pour votre lieu. Ils tiendront compte de vos observations et de votre rythme de prise en charge. Vous n’êtes d’ailleurs pas obligé d’accueillir des condamnés de manière permanente. Il vous est également possible de mettre fin à une prestation si celle-ci se passe mal.

Le SEMJA et l’assistant de justice vous soutiennent durant toute l’exécution de la peine. En cas de difficulté, ils réagissent.